Ordre des Frères Mineurs franciscains du Canada

Le Père Frédéric, en cinq temps

Un grand communicateur. À une époque encore peu ouverte à la communication, il se fit connaître comme communicateur infatigable et inventif. Par la parole et par l’écrit.

Un fervent de la formation. Alors que la bienfaisance était synonyme de  »Charité », le Père Frédéric parlait de formation professionnelle, de mise en valeur des talents personnels dans le but d’acquérir une compétence pour mieux servir la charité.

Un promoteur de l’engagement des laïcs. En un monde dominé par les clercs et les religieux, le Père Frédéric se montra particulièrement sensible aux appels du Pape Léon XIII pour une réforme sociale menée par des laïcs. Cela explique son implication majeure pour les Tertiaires (la famille laïque franciscaine).

Un bâtisseur de paix. En un temps où l’oecuménisme était au point mort, il ne cessa jamais, comme catholique, de dialoguer avec respect et bienveillance avec les autres Confessions chrétiennes. Au plan interreligieux aussi il fût, au Proche-Orient, une brise rafraîchissante.

Mais il fût avant tout, un grand témoin de l’amour de Dieu, un homme de Dieu, entièrement mobilisé à faire connaître Jésus et sa mère Marie, par le moyen des pèlerinages. 

Roland Bonenfant, ofm