Ordre des Frères Mineurs franciscains du Canada

Père Frédéric, sa dévotion mariale

La clef de la vie du Père Frédéric, c’est sans doute son passage en Terre sainte, tout ce qu’il y a vécu durant 12 ans, et ce qu’il y a découvert : l’indicible mystère de Jésus et de sa mère Marie. Tout comme François d’Assise ! Il priait avec tendresse cette tende mère qui, par son Fiat, a accueillie totalement le projet de Dieu dans sa vie, et qui pour cette raison est LE PLUS GRAND modèle pour tous les croyants. Elle a porté et apporté le Seigneur ; elle a réussi à mettre Dieu au monde, à lui donner un visage humain, ce qui est aussi la mission des disciples de Jésus. 

Le Père Frédéric était uni mystiquement à Marie dans son mystère d’annonciation et de visitation. Il s’efforçait d’être sans cesse fidèle à l’accueil de la Parole, comme le fut justement Marie. Il y était branché solidement, au point d’avoir lui-même le charisme de l’annonce de la Parole de vie. À la fin de chaque pèlerinage qu’il animait, il consacrait tous ses pèlerins à la Vierge Marie. 

Le Père Frédéric a vécu avec deux autres personnes le « Prodige des yeux » à Notre-Dame-du-Cap, en 1888 et cet événement l’a profondément remué. Il s’est alors fait le propagandiste du pèlerinage du Cap-de-la-Madeleine.  C’est ainsi que l’ancienne paroisse Sainte-Marie-Madeleine, première témoin de la Résurrection, est devenu Sanctuaire national à la Vierge Marie à partir de  1888. 

Roland Bonenfant, o.f.m.