Ordre des Frères Mineurs franciscains du Canada

Deux perles des Missions franciscaines dans la vie du Bienheureux Frédéric

Deux perles des Missions franciscaines dans la vie du Bienheureux Frédéric

Mission des Récollets au Canada, couvent primitif de Trois-Rivières

Le Père Frédéric Janssoone avait appris de sa mère Isabelle la seule et unique consigne donnée par Jésus ressuscité, au cours de ses apparitions aux disciples : «Allez dans le monde entier proclamer la Bonne Nouvelle». L’obéissance à cet ordre a été miraculeuse instantanément : avec la force de l’Esprit ils sont passés de la peur absolue de gens menacés de mort, au courage exemplaire d’envoyés confiants et intrépides, prêts au don de leur vie, pour annoncer «l’Auteur de la vie» (saint Pierre).

Sanctuaire de Cap-de-la-Madeleine, où la Vierge Marie a ouvert les yeux


Au cours de ses recherches poussées de jeune religieux aux archives de la Bibliothèque nationale de Paris, pour documenter un livre sur de grands témoins de la famille franciscaine : «l’Auréole séraphique» du Père Léon de Clary, le Père Frédéric tomba sous le charme de deux grandes missions de la famille franciscaine, qu’il identifia comme deux perles sans prix : la Mission de Terre sainte, qui durait depuis sept siècle (1342) et la Mission des Récollets au Canada, à partir de 1615. Cette découverte explique l’oeuvre majeure du Bienheureux, durant 40 ans, soit de 1876 à 1916, de l’âge de 38 à 77 ans. Bref, son implication en Terre sainte et au Québec.

Bienheureux Père-Frédéric, fils de Ghyvelde, en France


Avant cette découverte personnelle qu’il contribua d’ailleurs à sortir de l’ombre, le Père Frédéric s’était émerveillé de l’intuition géniale de saint François, celle de reprendre l’un après l’autre les gestes de Jésus : l’envoi en mission des disciples deux par deux, sur les routes, dans la plus stricte pauvreté, en adressant à tous la salutation des premiers disciples : «Paix à cette maison», qui s’enrichira en devenant «Paix et bonheur». Il s’était fait raconter encore et encore l’épopée des Actes des Apôtres, les hauts-faits des premiers temps, jusqu’au grand départ par bateaux des missionnaires du Ressuscité, à partir de Césarée maritime, vers les autres continents. Le Père Frédéric n’avait que ces mots à la bouche : «Alléluia, envoie-moi, Seigneur».

Roland Bonenfant o.f.m.