Holy Spirit Province Saint-Esprit
Franciscans of CanadaFranciscains du Canada

Ordo Fratrum Minorum

À travers les neiges et la boue : Se rendre à la mission de Maple Creek

À travers les neiges et la boue : Se rendre à la mission de Maple Creek

En 1946, les franciscains ont reçu de la part de l’Archevêque de St. Boniface, George Cabana, l’invitation de prendre en charge la paroisse du Lac du Bonnet et des missions qui s’y rattaches. La mission de Maple Creek figurait parmi celles-ci, elle était située à environ 20km au nord-ouest de Lac du Bonnet. Les franciscains s’y rendaient quelques fois par mois pour y célébrer la messe à l’intérieur de l’école locale. Cependant, les dures conditions routières causée par la pluie ou les accumulations de neige, rendait le trajet vers Maple Creek extrêmement difficile. Le trajet pouvait se faire en voiture, mais un tracteur était la meilleure solution. 

Fr. Hubert McCrae traveling by tractor

À gauche: Frère Hubert McRae voyageant vers Maple Creek, Mai 1955.
À droite: Frère Hubert McRae « rendons-nous à Maple Creek même lorsque la voiture ne peut s’y rendre, » Décembre 1954.

Au printemps et à l’été, résultat des fortes pluies, les routes devenaient tellement pleine de boue que les véhicules ne réussissaient pas à y circuler.  Quelques exemples sont décrits dans les chroniques de la fraternité du Lac du Bonnet:

« Messe annulée à Maple Creek.  Les routes impraticables. » (3 avril 1955)

« Dans l’après-midi nous nous rendons à Maple Creek.  À notre départ de Lac du Bonnet la météo se faisait menaçante, on présageait de la pluie.  Il a effectivement plu, dès que nous nous étions installés dans le wagon de passager derrière le tracteur.  La messe a donc été célébrée dans la maison d’un des fermiers car il était impossible de se rendre à l’école. » (15 mai 1955)

Pendant l’hiver, comme le rapportent les chroniques de la fraternité, le voyage pouvait être très intéressant :

« Durant l’après-midi, nous avons eu toute une aventure en nous rendant à Maple Creek.  Nous sommes restés coincé dans la boue pas moins de 4 fois mais en rentrant même pas une seule fois. » (16 janvier 1955)

Mais ces difficultés avaient aussi leurs utilités:

« Nous allons à Maple Creek pour une messe du soir.  Les routes ne sont vraiment pas en excellente état pour conduire.  Au plan spirituel, elles nous servaient d’exemples pour les sermons.  Comme pour commenter le message de saint Jean-Baptiste, il y a certaines choses que nous devons niveler et d’autres que nous devons remplir. Supprimez les obstacles pour atteindre notre objectif, remplir les trous dans notre vie spirituelle. » (5 décembre 1954)